Le Canada est de retour, et ce retour se fait en force !

19Mar12

À la veille du colloque annuel de CVCA, la « renaissance » des marchés du capital-investissement et du capital de risque attire l’attention du monde entier

Publié sure nextMontreal et pour l’édition Printemps 2012 du magazine  Capital Privé

En octobre 2010, CVCA a publié un rapport intitulé « Think Canada (Again) ». Il est évident que les marchés du capital-investissement et du capital de risque ont entendu le message et ont répondu à cet appel au cours des 18 derniers mois. Qu’on l’appelle un réveil, une renaissance ou une révolution, peu importe : le Canada est de retour, et ce retour se fait en force !

Dans le monde du capital de risque, le signe le plus évident de ce changement a été l’arrivée important d’investisseurs américains cherchant des occasions au stade du démarrage et appuyant les meneurs canadiens qui ont adopté des stratégies de croissance dynamique dans leur catégorie. La formation d’organisations comme le C100 a donné le coup d’envoi de cette tendance en contribuant à assurer plus de 400 millions de dollars en capital de risque transfrontalier depuis sa création. Ces transactions canadiennes ont inclus des titans de l’industrie, comme Sequoia Capital, Kleiner Perkins Caufield & Byers, Andreessen Horowitz, Accel Partners, Greylock Partners, Bessemer Venture Partners et Union Square Ventures, qui ont tous réalisé des investissements d’importance auprès d’entreprises canadiennes en démarrage en 2011.

En effet, plus de 30 entreprises canadiennes influentes ont tiré profit de cette tendance au cours de la dernière année, un nombre inégalé depuis les années prospères des DOT.com. Beyond the Rack de Montréal, Fixmo de Toronto et Shopify d’Ottawa ont fait les manchettes à la fin de 2011 en obtenant près de 80 millions de dollars en financement à elles trois (blogue [en anglais]). Au contraire de leurs consœurs du tournant du siècle, toutefois, ces entreprises ont obtenu du financement sur la base de courbes de revenus en forte croissance et de modèles d’affaires extrêmement lucratifs. Rien n’indique que cet intérêt étranger faiblira, car tandis que les entreprises canadiennes cherchent à accélérer leur accès au marché, leur dynamisme continue d’attirer l’attention des investisseurs qui veulent appuyer les meilleures équipes entrepreneuriales, où qu’elles soient.

Pour en savoir plus, ne manquez pas d’entendre ce que d’importants meneurs en capital de risque et en capital privé auront à dire lors du colloque annuel de CVCA, du 23 au 25 mai à Montréal. 

Miser tôt

Bien sûr, il n’y a pas que les investisseurs américains de capital de risque qui tirent avantage de la forte croissance de l’écosystème entrepreneurial canadien. Les membres de CVCA ont misé tôt sur des entrepreneurs de talent, ce qui a fourni la majeure partie du financement de démarrage pour les entreprises canadiennes qui obtiennent ensuite des capitaux étrangers. Les fonds locaux ont bien profité de cette renaissance des nouvelles entreprises technologiques canadiennes qui a mené à des sorties d’une valeur de plus de deux milliards de dollars en 2011 seulement.

Une toute nouvelle génération de fondateurs talentueux bénéficie présentement du mentorat de conseillers et d’investisseurs d’expérience par l’entremise d’incubateurs/accélérateurs comme GrowLab à Vancouver, FounderFuel à Montréal et Extreme Startups à Toronto. Les événements comme Canadian Innovation Exchange (CIX) et GROW Conference cimentent les liens entre les communautés canadiennes de l’investissement et de l’entrepreneuriat, et servent de vitrine aux leaders de talent et d’expérience, qui mènent ces communautés. Les bases sont en place pour une explosion de la création de valeur au cours des prochaines années, dont la manne viendra soutenir la croissance des prochains succès canadiens.

Les fonds canadiens de capital-investissement ont également beaucoup travaillé, réaffirmant leur rang parmi les meilleurs investisseurs du monde et les meilleurs exploitants de l’industrie des rachats. Les firmes canadiennes, en 2011, ont été soutenues par le rebond du marché global des fusions et acquisitions. Selon des données compilées par l’équipe des transactions de PwC, les transactions canadiennes ont représenté 10 pour cent du marché international des fusions et acquisitions en 2011, alors qu’elles en représentaient 7 pour cent au sommet du marché, en 2007. Pour la toute première fois, la valeur des acquisitions canadiennes aux États-Unis a dépassé la valeur des transactions menées par les Américains au Canada. Les fonds nationaux sont encore très actifs au Canada, avec une participation dans 215 transactions pour une valeur de 52 milliards de dollars. Cela correspond à 28 pour cent de toute l’activité canadienne en fusions et acquisitions mesurée en valeur. Cette part de marché était en croissance lors des trois années précédentes. Contrairement à leurs homologues étrangers, les achats des fonds de capital-investissement canadiens ont dépassé les ventes par 7 milliards de dollars, ce qui témoigne d’un solide appétit pour une croissance continue.

Les transactions ayant fait les manchettes, comme la participation active de CPPIB (le plus gros fond de pension du Canada) dans la vente de Skype à Microsoft pour 8,5 milliards de dollars et le partenariat entre OMERS Private Equity et Berkshire Partners pour l’achat de Onex Corp.’s Husky Injection Molding Systems pour 2,1 milliards de dollars ne sont que quelques-unes des transactions qui ont propulsé l’industrie canadienne du capital-investissement à l’avant-plan de la scène internationale. PwC a mis à jour de nombreux facteurs, comme le faible rendement de la dette, les mesures gouvernementales d’austérité, la volatilité du marché public et la succession familiale des baby-boomers, qui devraient créer encore plus d’occasions pour l’industrie canadienne du capital-investissement, ce qui en fait une force dont il faudra tenir compte dans les années à venir.

Colloque 2012 du CVCA 

Ce printemps, les membres de CVCA et les meneurs de l’industrie du capital de risque et du capital privé se réuniront à Montréal afin de soutenir cet élan pour l’avenir. Nous accueillerons les surdoués de notre industrie. La ville fournit le décor idéal pour cette rencontre, étant depuis longtemps le symbole international de l’excellence canadienne en finance, en aérospatiale, en transport, en divertissement, en commerce, en technologie, en développement pharmaceutique, en télécommunications et en mode.

Grâce à de forts engagements des secteurs public et privé envers les industries du capital privé et du capital de risque, Montréal est également en pleine redéfinition comme centre international de l’entrepreneuriat et des activités d’investissement. Le capital entrepreneurial canadien favorise un environnement fertile pour la création d’occasions en tirant profit de l’expertise industrielle traditionnelle, de l’accès au capital et de réseaux personnels étendus afin de se tailler une place de meneuse internationale tant pour ses entrepreneurs que pour ses investisseurs. Les initiatives organisées à Montréal la même semaine que le colloque annuel de CVCA, comme l’événement C2MTL commandité par le Cirque du Soleil et Sid Lee, Demo Day de FounderFuel et AccelerateMTL de C100, témoignent de l’engagement envers le potentiel local et le rendement récemment obtenu.

À la lumière de ces développements, il pourrait être approprié de ne plus inviter les autres à « penser Canada (Think Canada) » et de plutôt nous encourager nous-mêmes à « penser international ». Nous sommes à la veille d’une époque durant laquelle les entrepreneurs et les investisseurs canadiens pourront apporter leur force nationale dans l’arène internationale et servir de brillant exemple pour le reste du monde. Du 23 au 25 mai 2012, tous les yeux seront tournés vers Montréal pour voir si les membres de CVCA et les meneurs de notre industrie sont véritablement prêts à relever le défi.

« Nous sommes à la veille d’une époque durant laquelle les entrepreneurs et les investisseurs canadiens pourront apporter leur force nationale dans l’arène internationale et servir de brillant exemple pour le reste du monde. »

– Chris Arsenault

Au plaisir de vous voir à Montréal en mai !

Chris Arsenault est coprésident du colloque annuel 2012 de CVCA



No Responses Yet to “Le Canada est de retour, et ce retour se fait en force !”

  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: